>> vous êtes ici - Publications -
News
- Jours chômés

Jours chômés

La suppression des jours chômés combattue avec succès, voir la news de la FMEP

 

PalaisGouv

La politique du personnel n’est pas l’affaire du Parlement. La majorité du Grand Conseil valaisan a compris que s’immiscer de manière arbitraire, sans stratégie ni vision, dans la politique du personnel de l’État est contreproductif et amène davantage de problèmes que de solutions. La FMEP se réjouit du fait que le Grand Conseil a suivi ses arguments et ainsi refusé la motion du député PLR Marcel Delasoie par 68 voix contre 53 et 3 abstentions. Celle-ci exigeait la suppression des jours chômés usuels dans l’économie privée tels que Vendredi-Saint, les lundis de Pâques et de Pentecôte, le 1er août, le 26 décembre et les demi-journées des 24 et 31 décembre et du 1er mai. Cette suppression accordée jusqu’ici équivaudrait à une baisse théorique des salaires d’environ 2,5% en moyenne.

Le député Marcel Delasoie octroie une gifle aux employés d’État

Les députés PLR et du PDC Haut-Valais ont soutenu en bloc les attaques condamnables et inacceptables de leur collègue Marcel Delasoie contre les employés d’État. Dans Le Nouvelliste, Marcel Delasoie a déclaré que les employés d’État dormaient le matin, alors que les employés du secteur privé devaient travailler pour leur salaire. Devant le Grand Conseil, il a insinué que les collaborateurs de l’État bénéficiaient de conditions de travail proches de celles des Français qui ne travaillent que 35 heures par semaine.

L’attractivité de l’employeur « Etat du Valais » est en danger. Des adaptations en matière de prévoyance sont inévitables

Aujourd’hui déjà, l’État éprouve des difficultés à recruter certains profils professionnels. Globalement, le marché du travail est asséché et très concurrentiel. L’État perd la confiance de ses collaborateurs et de futurs employés potentiels en raison des attaques politiques répétées contre les conditions de travail des employés d’État. À cela s’ajoute le fait que l’État perd également son attractivité financière en tant qu’employeur. À elles seules, les mesures de renflouement de la caisse de prévoyance auront un impact non négligeable sur les conditions d’engagement des serviteurs de l’État. Si la population ne veut pas renoncer à la qualité des prestations étatiques actuelles, cette tendance négative doit être inversée.

La FMEP pose les exigences suivantes:

  1. La politique du personnel incombe au Conseil d’État et non au Grand Conseil.
  2. Une politique globale du personnel comprenant tous les domaines (système salarial, conditions de travail: temps de travail, vacances, jours fériés, etc. et caisse de prévoyance) doit être appliquée.
  3. L’attractivité de l’État en tant qu’employeur doit être maintenue.
News
Aucune news pour le moment
Archive 2017  2016  2015  2014  2013  2012  2011  2010
Association du Personnel
de l'Etat du Valais  

  
Case postale 92  
1951 Sion